COVID : dans combien de temps la vaccination permettra-t-elle un retour à la normale ?

quand vaccination permettra retour normale
| Flickr/Benson

Au cours des dernières semaines, ce sont plusieurs millions de personnes dans le monde entier qui ont reçu les premières doses de vaccin anti-COVID-19. Chaque jour, de nombreux pays poursuivent leur programme de vaccination de masse dans le but de freiner la course de la pandémie. En parallèle, des centaines de millions d’individus sont encore soumis aux mesures de restriction employées par les gouvernements, comme l’obligation de porter un masque et le confinement à domicile. La vaccination ayant été présentée comme la meilleure chance pour enrayer la pandémie à travers le monde, la question suspendue aux lèvres de la population est donc : dans combien de temps pourrons-nous retrouver une vie normale ?

À la fin du mois de janvier, près de 100 millions de personnes dans le monde avaient reçu des vaccins contre la COVID-19 et plus d’un million se faisaient vacciner chaque jour aux États-Unis et en Chine. L’effort était à la traîne en Europe et des inégalités mondiales stupéfiantes persistent. L’Organisation mondiale de la santé a noté le 5 février que 75% des vaccinations avaient eu lieu dans 10 pays.

Environ 130 pays n’avaient pas encore commencé leur campagne de vaccination. Pourtant, les vaccins, dont les essais cliniques ont montré qu’ils avaient une efficacité allant jusqu’à 95% contre les formes symptomatiques de la maladie, ont finalement donné au monde la perspective d’échapper à la longue attaque de la COVID-19.

Maintenant que les campagnes de vaccination gagnent en vitesse, une série de questions urgentes se sont posées : être vacciné signifie-t-il que vous ne propagez pas le virus ? Quand les campagnes commenceront-elles à freiner la pandémie et permettront-elles à la vie quotidienne de revenir à la normale ? Et que faut-il savoir sur les nouvelles variantes du SARS-CoV-2, capables de se propager plus rapidement ou d’échapper aux réponses immunitaires pour les vaccins actuels ?

Vaccination et diminution des cas d’infection

Un mois après le début de la campagne de vaccination aux États-Unis, plusieurs épidémiologistes pensent déjà en voir les effets. À partir de la mi-décembre 2020, quelque 11’000 employés de l’UC San Diego Health ont commencé à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna, qui contiennent tous deux un ARN messager (ARNm) qui dirige les cellules du corps pour fabriquer la protéine de pointe du SARS-CoV-2, afin de déclencher une réponse immunitaire.

Au plus fort de la crise, l’UC San Diego Health détectait chaque jour 20 à 30 infections chez ses employés, dont beaucoup étaient asymptomatiques. À la troisième semaine de janvier, le nombre était tombé à une poignée. Les chercheurs insistent sur le fait que les preuves sont loin d’être concluantes, mais ont bon espoir que le lien entre la baisse des cas et la vaccination de masse soit bien réel.

À LIRE AUSSI :
Les humains peuvent théoriquement vivre jusqu’à 130 ans
evolution nombre cas vaccination israel
Graphiques montrant l’évolution du nombre de cas d’infection confirmés (haut) et d’hospitalisations (bas) en Israël suite à la campagne de vaccination de masse. © N. DESAI/SCIENCE ; (DATA) MACCABI RESEARCH AND INNOVATION CENTER

Des preuves plus convaincantes, bien qu’elles soient encore préliminaires, viennent d’Israël, qui a accueilli la campagne de vaccination la plus agressive et la mieux étudiée au monde à ce jour. Entre le 19 décembre et le 4 février, 39% des Israéliens avaient reçu au moins une dose du vaccin.

À l’échelle nationale, les cas de COVID-19 et les hospitalisations semblent diminuer plus rapidement chez les personnes de 60 ans ou plus, les premières à recevoir les vaccins, que parmi le segment des 40 à 60 ans. Au jour 28, alors que la plupart des gens avaient reçu leur deuxième dose, les diagnostics avaient chuté de deux tiers et les hospitalisations liées à la COVID-19 étaient passées d’un maximum quotidien de sept personnes à une seule.

Vaccination : empêche-t-elle la transmission du virus ?

Pour des raisons pratiques, les récents essais d’efficacité du vaccin COVID-19 ont évalué principalement la fréquence des maladies symptomatiques, généralement détectées après que les participants se sentent malades et subissent un test viral. Il est plus difficile d’identifier toutes les infections par le SARS-CoV-2, qui restent invisibles si elles ne provoquent pas de symptômes. Pourtant, les modèles suggèrent que les cas asymptomatiques représentent environ la moitié de la transmission. Il est donc essentiel de les suivre parmi les vaccinés.

Une approche, dit John Mascola, qui dirige le Centre de recherche sur les vaccins à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), consiste à demander : « Si vous êtes vacciné, pourriez-vous avoir le virus dans votre nez et le répandre ? ». C’est ainsi que des chercheurs qui étudient le vaccin d’AstraZeneca/Université d’Oxford ont récemment tenté de parvenir à une réponse.

Dans un essai d’efficacité de ce vaccin au Royaume-Uni, les participants ont effectué des prélèvements nasaux hebdomadaires à domicile. Les résultats ont montré que la vaccination réduisait les infections asymptomatiques de 49.3%. Les données suggèrent, mais ne prouvent pas que, le vaccin empêche la propagation virale.

Plusieurs études sur le vaccin ont opté pour un examen plus simple, quoique moins précis. Ils ont prélevé des échantillons de sang répétés sur des personnes des groupes placebo et vaccinés à différents moments. Les chercheurs ont ensuite tenté de détecter les anticorps contre la protéine virale N, qui sont déclenchés par une infection mais pas par la plupart des vaccins. Si le groupe placebo a plus de tests d’anticorps N positifs que le groupe vacciné, cela suggérerait que le vaccin a réduit les infections asymptomatiques — et donc la transmission. Aucun groupe n’a encore communiqué les résultats de ces « enquêtes sérologiques ».

À LIRE AUSSI :
En moyenne, les chances de tomber enceinte sont réduites durant 2 ans après une commotion cérébrale

Les premières données d’Israël indiquent que les personnes vaccinées qui ont néanmoins été infectées par le SARS-CoV-2 ont des charges virales réduites, ce qui peut les rendre moins contagieux. Une équipe de recherche du groupe Maccabi et de l’Institut israélien de technologie a mesuré les charges virales dans des échantillons nasaux prélevés sur plus de 1000 personnes qui ont été infectées entre 12 et 28 jours après leur première dose, période au cours de laquelle l’immunité commence à se développer. La quantité de virus détectée était nettement inférieure à celle d’un groupe similaire d’Israéliens non vaccinés et infectés.

Le rôle de l’immunité collective dans le retour à la normale

Pour beaucoup de gens, le retour à la normale signifie l’immunité collective, dans laquelle un pourcentage élevé d’une population a été soit vacciné, soit naturellement infecté, laissant trop peu d’hôtes sensibles pour qu’un virus continue de se propager. L’idée d’immunité collective, un terme importé des vétérinaires, est devenue plus séduisante alors que d’énormes pans de populations dans certaines parties du monde se remettent des infections par le SARS-CoV-2, leur laissant un certain degré d’immunité.

En Inde, par exemple, des enquêtes sérologiques ont trouvé des anticorps contre le virus chez environ la moitié des personnes dans la ville de Delhi et dans tout l’État du Karnataka. Et bien que personne ne prétende que cela caractérise le seuil d’immunité collective, les nouveaux cas ont récemment diminué. Le pourcentage de la population qui doit être vacciné ou ayant récupéré de la COVID-19 avant que l’immunité de groupe n’entre en jeu n’est pas connu avec certitude.

Les premières prévisions se situaient entre 60% et 70%, puis ont augmenté jusqu’à 90% — mais tout est basé sur la modélisation. Pourtant, il est de plus en plus reconnu que même si la vaccination généralisée ne peut pas arrêter la propagation du virus, elle promet un retour important vers la normale. La prévention de maladies graves et de décès chez les personnes âgées et les personnes souffrant de comorbidités telles que l’obésité et l’hypertension — les plus vulnérables — reste une victoire éclatante sur le virus, affirment de nombreux épidémiologistes.

À LIRE AUSSI :
COVID : une pilule antivirale développée par Merck réduirait de moitié les hospitalisations

Les variantes peuvent-elles changer le cours de la pandémie ?

C’est le domaine des biostatisticiens. Souvent, ils limitent leurs analyses à des zones géographiques restreintes, ce qui facilite la collecte de données de haute qualité et la prise en compte des variables qui peuvent modifier les résultats. Ainsi, Ira Longini et Thomas Hladish, épidémiologistes et biostatisticiens, ont créé un modèle pour leur État d’origine qui extrapole à partir du nombre réel de cas de COVID-19 et suppose un déploiement rapide, en commençant par les personnes de plus de 65 ans, de vaccins efficaces à 60% pour prévenir l’infection.

graphique evolution cas variant
Modélisation de l’évolution du nombre de cas quotidiens de COVID-19 concernant la souche initiale et la variante britannique B.1.1.7 dans le cas où les mesures de restriction actuelles sont maintenues et qu’il n’y a pas de vaccination (haut), et dans le cas où il y a une vaccination (bas). © N. DESAI/SCIENCE; (INTERACTIVE) K. FRANKLIN/SCIENCE; (DATA) KRISTIAN ANDERSEN

En supposant que le virus ne change pas, ils ont constaté qu’une campagne de vaccination s’étendant à la moitié de la population réduirait de 30% les formes symptomatiques de la maladie et les décès d’ici août. Étonnamment, leur modèle de Floride montre que les cas de COVID-19 diminueraient régulièrement même sans vaccination.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

C’est parce que le nombre de reproduction de l’État pour le SARS-CoV-2 — le nombre d’autres personnes infectées par chaque cas de COVID-19 — est tombé en dessous de 1. « Il s’agit principalement des masques, de la distanciation sociale et de la lente accumulation de l’immunité naturelle dans la population », déclare Longini. En effet, comme dans de nombreux États américains, les cas de Floride ont commencé à baisser fortement en janvier.

Mais ce déclin pourrait rapidement s’inverser si une souche mutante est 50% plus infectieuse, comme la souche variante B.1.1.7 originaire du Royaume-Uni. « Nous allons avoir une épidémie beaucoup plus importante qui commence à se produire maintenant », ajoute Longini. Mais avec une propagation virale plus importante, l’impact de la vaccination serait plus important, évitant deux fois plus de cas symptomatiques et de décès.

Les développeurs de vaccins ont prouvé en 2020 qu’ils pouvaient passer du concept au vaccin candidat, prêt à être testé chez l’Homme, en seulement 2 mois. La modification du code génétique utilisé dans un vaccin à ARNm ou à base de vecteur viral, ou la fabrication d’une nouvelle préparation de virus inactivé, devrait être aussi rapide.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.