Au large des côtes de la Californie, des scientifiques découvrent tout un monde de merveilles céphalopodes : dernièrement, ils ont trouvé un très grand nombre de pieuvres se blottissant autour de leurs œufs, dans les crevasses d’un volcan sous-marin éteint.

Avec plus d’un millier de pieuvres découvertes, la région du Davidson Seamount est désormais reconnue comme étant la plus grande couvaison de pieuvres en eau profonde jamais découverte. « Cela n’a jamais été découvert sur la côte ouest des États-Unis, ni à travers le monde, avec ces nombres-là », a déclaré Chad King, scientifique principal du navire d’exploration Nautilus.

Tandis qu’ils déplaçaient leur véhicule sous-marin télécommandé nommé Hercules, à une profondeur de 3.2 km, les scientifiques ont repéré des amas encore jamais observés auparavant de pieuvres Muusoctopus robustus.

Parmis ces pieuvres, environ 99% d’entre elles semblaient être des mères couveuses, se blottissant à l’envers contre les oeufs qu’elles avaient pondu dans des recoins entre des rochers, afin de les protéger. « Nous avons descendu le flanc est de cette petite colline et c’est à ce moment-là que – boum – nous avons commencé à voir des dizaines de dizaines de poulpes partout », a déclaré King à National Geographic.

Vous aimerez également :
Des plongeurs découvrent un calamar géant échoué sur une plage néo-zélandaise

L’échelle de cette découverte est sans précédent. Les pieuvres sont en grande partie connues comme étant des animaux solitaires et il est rare d’apercevoir un groupe de ces animaux à un endroit précis (bien que de nombreuses études récentes laissent penser qu’ils ne sont peut-être pas aussi solitaires que nous le pensions auparavant).

Plus tôt cette année, la découverte d’une couvaison d’une centaine de pieuvres en eau profonde, au large des côtes du Costa Rica (Dorado Outcrop), a été une grande nouvelle ! En particulier car elle offrait aux scientifiques un aperçu fascinant des comportements de couvée des pieuvres en haute mer.

Mais au Davidson Seamount, les chercheurs ont constaté que l’eau semblait « scintiller » autour des céphalopodes : ces derniers suggèrent que cela pourrait indiquer une eau plus chaude s’écoulant de l’intérieur du volcan. Cependant, nous aurons encore besoin de mesures de température pour nous en assurer.

Si les températures de l’eau sont vérifiées, alors cela pourrait signifier que les pieuvres cherchent délibérément de l’eau plus chaude pour incuber leurs œufs. Dans tous les cas, les œufs que l’on peut voir dans la vidéo prise par l’équipe du Nautius (du moins ce que l’on pouvait en voir), semblaient en bonne santé et se développaient bien.

Pourtant, cela contredit la découverte de Dorado Outcrop, où les pieuvres (également du genre Muusoctopus) se rassemblaient également autour de zones volcaniques plus chaudes : mais à cet endroit, les œufs n’étaient pas en bon état et ne se développaient pas correctement. Cela a amené les chercheurs à émettre l’hypothèse que les mères n’avaient peut-être pas réussi à trouver « LE » bon emplacement assez rapidement.

La couvaison de Davidson, quant à elle, suggère que les eaux plus chaudes sont le lieu de prédilection : il est donc probable que quelque chose d’autre ait pu nuire aux œufs de Dorado.

Dans tous les cas, nous en apprendrons davantage lorsque les chercheurs auront pu confirmer si le scintillement de l’eau indiquait réellement de la chaleur, car, comme le volcan de Davidson est éteint, il pourrait très bien ne plus émettre de chaleur. Afin de le découvrir, l’équipe prévoit d’y renvoyer le véhicule Hercules pour effectuer des vérifications.

Nous pouvons donc nous attendre à avoir les résultats suite au prochain voyage, même si malheureusement cela pourrait prendre encore un peu de temps car à l’heure actuelle, un problème technique empêche le retour imminent du véhicule sous-marin.

VIDÉO : Des amas massifs de pieuvres couvant leurs oeufs en eaux-profondes

Source : National Geographic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.