Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Selon une étude de Harvard, la distanciation sociale devrait être appliquée par intervalles jusqu’en 2022

coronavirus, confinement, covid-19, quarantaine
| AFP

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Harvard, un confinement ou un semi-confinement n’arrêtera pas le nouveau coronavirus, et des périodes répétées de distanciation sociale pourraient être nécessaires jusqu’en 2022 dans le but d’empêcher les hôpitaux d’être submergés.

Une simulation informatique de l’équipe de Harvard, présentée dans un article paru dans la revue Science, suggère que le coronavirus provoquant la maladie COVID-19 deviendra un virus saisonnier, comme les coronavirus étroitement liés qui causent le rhume, avec des taux de transmission plus élevés durant les mois les plus froids de l’année.

Mais malheureusement, selon les auteurs, il y a encore beaucoup d’inconnues quant à ce nouveau coronavirus, y compris le niveau d’immunité acquise par une infection précédente, et combien de temps elle dure. « Nous avons constaté que les mesures ponctuelles de distanciation sociale étaient probablement insuffisantes pour maintenir l’incidence du SARS-CoV-2 dans les limites de la capacité de soins intensifs [aux États-Unis] », a déclaré l’auteur principal Stephen Kissler.

Selon les chercheurs, des tests viraux généralisés seraient également nécessaires afin de déterminer quand les seuils sont franchis, dans le but de relancer la distanciation sociale et de calmer les pics d’infections. « Ce qui semble nécessaire en l’absence d’autres types de traitements, ce sont des périodes de distanciation sociale intermittentes », a-t-il ajouté.

Puis, la durée et l’intensité des confinements pourraient être assouplis à mesure que les traitements et les vaccins sont découverts et disponibles. Cependant, en leur absence, une distanciation intermittente donnerait aux hôpitaux le temps d’augmenter la capacité des soins intensifs pour répondre à la flambée des cas qui surviendraient lorsque les mesures seraient assouplies. « Cela permettrait une acquisition accélérée de l’immunité collective », a déclaré le co-auteur de l’étude, Marc Lipsitch.

À LIRE AUSSI :
Mutation et COVID : le Danemark annonce l'abattage de plus de 15 millions de visons

Et à l’inverse, selon les scientifiques, trop de distanciation sociale sans répit pourrait également être une mauvaise chose : dans un scénario modélisé, « la distanciation sociale était si efficace que pratiquement aucune immunité de la population ne s’est construite », explique le document, d’où la nécessité d’une approche intermittente.

Beaucoup d’inconnues…

Les auteurs ont reconnu qu’un inconvénient majeur de leur modèle est le manque de connaissances dont nous disposons actuellement sur la solidité de l’immunité d’une personne précédemment infectée par le nouveau coronavirus, ainsi que sa durée.

En effet, à l’heure actuelle, les meilleures suppositions fondées sur des coronavirus étroitement apparentés sont qu’ils confèrent une certaine immunité, jusqu’à environ un an après l’infection. Selon certains chercheurs, il pourrait également y avoir une immunité croisée contre le COVID-19, si une personne est infectée par un coronavirus causant le rhume.

Sur le même thème : La police espagnole utilise des drones pour faire respecter les mesures de quarantaine aux habitants

Un virus qui deviendra très certainement saisonnier

Néanmoins, il y a une chose qui est presque certaine : le virus ne va pas disparaître après cette pandémie. L’équipe de recherche a déclaré qu’il était hautement improbable, tout comme l’ont déjà souligné d’autres chercheurs, que l’immunité soit suffisamment forte et dure assez longtemps pour que COVID-19 disparaisse totalement après une première vague, comme ce fut le cas avec l’épidémie de SRAS de 2002-2003.

Les chercheurs ont soutenu que « les tests d’anticorps qui viennent d’entrer sur le marché, ainsi que le fait de rechercher si une personne a déjà été infectée par le virus, seront cruciaux pour répondre à ces questions vitales sur l’immunité ». Puis, « l’arme ultime » sera évidemment l’élaboration d’un vaccin sûr et efficace.

Source : Science

Plus d'articles
phenomene atmospherique STEVE nature aurorale couv
Le phénomène atmosphérique STEVE ne serait pas de nature aurorale