1.4K Partages

Au cours de la période triasique, il y a 252 à 201 millions d’années, des reptiles de type mammifère, appelés thérapsides, ont coexisté avec les ancêtres des dinosaures, des crocodiles, des mammifères, des ptérosaures, des tortues, des grenouilles et des lézards. L’un des groupes de thérapsides sont les dicynodontes, et à présent, des chercheurs de l’Université d’Uppsala (Suède) ainsi que des collègues de Pologne, ont découvert des fossiles appartenant à un tout nouveau genre de dicynodonte gigantesque ! La nouvelle espèce, nommée Lisowicia bojani, est décrite dans la revue Science.

La Terre a environ 4,5 milliards d’années et a traversé de nombreuses périodes géologiques, ainsi que des changements : au cours de la période triasique, toutes les zones terrestres de la Terre se sont réunies et ont formé le vaste continent appelé Pangée (Pangea). Pendant ce temps, les premiers dinosaures ont vu le jour, ainsi que les ancêtres des crocodiles, des mammifères, des ptérosaures et d’autres animaux.

Récemment, les scientifiques se sont intéressés aux thérapsides. Ces derniers étaient des reptiles « ressemblant à des mammifères » et sont également en réalité des ancêtres des mammifères, y compris des êtres humains.

Vous aimerez également : Extinction Crétacé-Tertiaire : comment le règne des dinosaures a-t-il été aboli ?

L’un des groupes de thérapsides qui intéressait particulièrement les chercheurs lors de leur étude, est celui des dicynodontes. Il faut savoir que toutes les espèces de dicynodontes étaient des herbivores, leurs mâchoires ne possédaient pas de dents, mais ils avaient un bec, semblable à celui d’une tortue.

Contrairement à d’autres spécimens de son espèce ou de la plupart des reptiles, la forme de ses pattes avant n’est pas arquée vers l’intérieur (peut-être en raison de son poids, qu’il aurait eu du mal à soutenir avec une telle position). De ce fait, il se rapproche des grands dinosaures, mais ses autres caractéristiques morphologiques ne laissent guère de doute à son appartenance aux dicynodontes.

Par contre, à l’heure actuelle, les scientifiques ignorent s’il était recouvert d’écailles ou de poils. Cependant, comme c’était un animal endotherme (animaux capables de produire de la chaleur interne), il est plus probable qu’il ait porté une fourrure (comme les mammouths, par exemple).

Ces derniers ont survécu à l’extinction de masse permienne et sont devenus les principaux herbivores terrestres du Trias moyen et supérieur. « Ils ont sans doute survécu parce qu’ils étaient à l’époque de petite taille, semi-aquatiques ou fouisseurs », suggère Chloé Olivier, doctorante au Muséum national d’histoire naturelle, et qui prépare une thèse sur les dicynodontes.

mammifere herbivore decouverte fossile

Vue d’artiste de ce à quoi pouvait ressembler le Lisowicia bojani. Crédits : Karolina Suchan-Okulska

Jusqu’à présent, les scientifiques pensaient qu’ils avaient disparu avant que les dinosaures ne deviennent la forme dominante de tétrapode sur Terre. Mais, pour la toute première fois, des chercheurs du programme Évolution de Développement de l’Université d’Uppsala, en collaboration avec des chercheurs de l’Académie polonaise des sciences (à Varsovie), ont découvert des fossiles d’une nouvelle espèce de dicynodonte, dans le village polonais de Lisowice.

L’espèce a été nommée Lisowicia bojani, en l’honneur du village et d’un anatomiste allemand, Ludwig Heinrich Bojanus, qui a travaillé à Vilnius, et qui est connu pour ses importantes découvertes anatomiques.

Les résultats démontrent que le Lisowicia avait à peu près la taille d’un éléphant des temps modernes, mesurant environ 4.5 mètres de long, 2.6 mètres de haut et pesant environ 9 tonnes, soit 40% de plus que tout autre dicynodonte identifié auparavant.

L’analyse des os des membres a également démontré qu’ils avaient une croissance rapide, un peu comme un mammifère ou un dinosaure. Le fossile, complet à 70 %, vient d’être décrit dans la revue Science. « La découverte de Lisowicia change nos idées sur la dernière histoire des dicynodontes, des mammifères du Trias. Elle soulève également beaucoup plus de questions sur ce qui les rend eux, et les dinosaures, si grands », déclare le Dr Tomasz Sulej, de l’Académie polonaise des sciences.

 

mammifere geant cousin etre humain reptile

« Les dicynodontes ont connu un succès incroyable dans les Trias moyen et supérieur. Lisowicia est le plus jeune dicynodonte et le plus grand tétrapode terrestre non dinosaure du Trias. Il est naturel de vouloir savoir comment les dicynodontes sont devenus si volumineux. La découverte de Lisowicia est extrêmement excitante car elle soulève des questions non négligeables dans nombre de nos idées classiques sur les “reptiles ressemblant à des mammifères” du Trias », déclare le Dr Grzegorz Niedzwiedzki, de l’Université d’Uppsala. Crédits : Tomasz Sulej

Les premières découvertes de fossiles de Lisowice en Pologne, ont été effectuées en 2005 par Robert Borzcki et Piotr Menducki. Dès lors, plus de 1000 os et fragments d’os ont été retrouvés dans la région, y compris les fossiles de Lisowicia. Pour les chercheurs, cette région aurait été un gisement fluvial au Trias supérieur. La découverte de Lisowicia fournit donc la première preuve concrète que des dicynodontes de la taille d’un éléphant et ressemblant à des mammifères, étaient présents en même temps que les dinosaures sauropodomorphes à long cou (par exemple, le Diplodocus ou le Brachiosaure), contrairement aux croyances antérieures.

De plus, il est important de noter que ces découvertes effectuées en Pologne sont les toutes premières découvertes importantes de dicynodontes du Trias supérieur, en Europe. « La découverte d’une espèce aussi importante est unique dans une vie », affirme le Dr Tomasz Sulej.

Source : Science

3 Réponses

  1. Jacques PRESTREAU

    “… endoderme (donc à sang chaud)”.

    Pas endoderme, mais endotherme.

    Par ailleurs cela ne signifie pas du tout “à sang chaud”, Stéphanie. La notion de “sang chaud” et de “sang froid” est une notion obsolète depuis maintenant très longtemps.

    Endotherme signifie “de source de chaleur interne”. C’est l’opposition de “ectotherme” qui signifie “de source de chaleur externe”. Et il faut ajouter à cette première notion endotherme/ectotherme une seconde notion qui doit venir en complément, c’est la notion de “homéotherme” et de “poïkilotherme”. Un animal homéotherme est un animal dont la température est régulée alors qu’un animal poïkilotherme est un animal dont la température n’est pas régulée (et qui doit donc trouver des stratégies environnementales pour survivre lors des changements importants ou rapides de températures).

    Par ailleurs l’ectothermie (la source de chaleur est dans l’environnement géographique) est un cas particulier de ce qui est d’une façon plus général l’hétérothermie (la source extérieure est absolument quelconque et peut même être un autre animal, voir l’animal dans lequel on se trouve si on est un endoparasite, un parasite interne).

    Un animal peut donc être :
    – soit endotherme et homéotherme
    – soit endotherme et poïkilotherme
    – soit ectotherme (voire hétérotherme) et homéotherme
    – soit ectotherme (voire hétérotherme) et poïkilotherme

    Chacune de ces quatre combinaison peut en théorie être rencontrée. Mais en pratique on n’en trouve essentiellement que trois, à quelques très rares exceptions près.

    J’explique toutes ces notions en détails dans ce document écrit vers 2005 et dont la dernière version date de 2014 :
    http://jacques.prestreau.pagesperso-orange.fr/tortues/pdf/06_importance_de_la_temperature.pdf

    Amicalement,
    Jacques

    Répondre
    • Trust My Science
      Trust My Science

      Merci beaucoup pour votre commentaire très complet et très intéressant. En effet, petite bourde à cet endroit là. Mais grâce à vous cela a enfin pu être corrigé :-).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.4K Partages
1.4K Partages
Partager via