223 Partages

Les autorités du Botswana n’écartent pas la possibilité qu’une toxine naturelle soit à l’origine de la mort de centaines d’éléphants au Botswana en quelques mois. Leur comportement inhabituel observé par les spécialistes serait en lien.

C’est dans la région touristique du delta de l’Okavango qu’ont été retrouvés plus de 300 éléphants décédés durant une période estimée par plusieurs observateurs comme étant de trois mois. De nombreuses hypothèses sur leur mystérieuse mort ont été écartées. L’empoisonnement à l’anthrax, qui avait déjà fait des dégâts par le passé dans ce pays à la plus grande population d’éléphants au Monde, a finalement été exclu, de même que l’idée d’une origine braconnière, car les défenses étaient intactes.

Mais des tests préliminaires suggèrent qu’une toxine autre que l’anthrax pourrait être à l’origine de l’hécatombe. L’eau stagnante est souvent la source de présence de bactéries pathogènes et particulièrement celles qui produisent des toxines mortelles.

« …Sur la base de certains des résultats préliminaires que nous avons reçus, nous examinons les toxines naturelles comme cause potentielle », a déclaré Cyril Taolo, directeur des parcs nationaux et de la faune du Botswana. « À ce jour, nous n’avons pas établi de conclusion quant à la cause de la mortalité ».

Vous allez aussi aimer : La population d’éléphants sans défenses augmente considérablement, sous la pression du braconnage

Un comportement étrange des éléphants

Les experts ont également noté une attitude inhabituelle des pachydermes du delta de l’Okavango. Ils ont ensuite remarqué que la plupart semblaient soudainement avoir perdu la vie. L’ONG « Eléphants sans frontières » avait décrit leur apparence comme « léthargique, affaiblie et émaciée », mais ont également constaté que la mortalité touche tous les âges et genres. Le directeur de l’ONG Michael Chase avait déclaré avoir vu un éléphant qui semblait désorienté en dépit de la présence de sa troupe, et qui tournait sur lui-même.

La position qu’ils avaient après leur mort avait frappé Keith Lindsay, biologiste spécialisé dans la protection de la faune. « Les carcasses sont celles d’animaux tombés sur leur sternum en marchant, ce qui est très inhabituel », déclare-t-il.

Le gouvernement a pour l’heure déclaré avoir trouvé 281 cadavres d’éléphants, un nombre réfuté par les conversationnistes, qu’ils estiment à plus de 350. Les membres d’Eléphants sans frontières, qui avaient rédigé un rapport confidentiel référant à la divulgation aux médias durant le mois de juillet de la disparition de 356 éléphants, ont été les premiers à signaler cette sous-estimation.

Des analyses des sources possibles de contamination et des carcasses sont en cours en Afrique du Sud, aux États-Unis, au Canada et au Zimbabwe, qui apportent leur soutien au Botswana en détresse après avoir perdu en 2019 un nombre important d’éléphants à cause de la sécheresse et du braconnage.

Source : NBC News

elephant mort botswana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

223 Partages
223 Partages
Partager via
Copier le lien