Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [et supprimez la pub]
[-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Un OVNI longiligne et bleuté aperçu à Hawaï, avant de tomber dans l’océan

signalement ovni hawai
| Pixabay/Misitina Sape

La semaine dernière, certains habitants de l’île d’Hawaï ont repéré un étrange objet lumineux tombant du ciel. Cet objet de couleur bleu, non identifié, semblait tomber dans l’océan. Plusieurs personnes ont contacté les services d’urgence pour faire part de leur observation et suggérer que quelqu’un vérifie la nature de l’objet. Alertée par les nombreux signalements relayés par la police, la Federal Aviation Administration a de son côté affirmé qu’aucun avion n’avait été signalé dans la zone.

Les Hawaïens ayant assisté en direct à l’événement ont tous fait part de leur stupéfaction face à cet objet volant. Un témoin — qui a suivi en voiture cette lumière bleue sur près de cinq kilomètres — évoque un objet « plus grand qu’un poteau téléphonique », se déplaçant très rapidement et extrêmement silencieux, même quand il a plongé dans l’eau. L’objet a ensuite complètement disparu.

Lorsque la police a rejoint les témoins de la scène, tous ont repéré une seconde lumière dans le ciel, blanche et légèrement plus petite que la précédente. Selon les dires des témoins, les deux lumières provenaient du même point ; l’objet lumineux blanc a survolé une ville voisine avant de disparaître du champ de vision de ses observateurs. Un récit qui va sans doute réjouir les chasseurs d’OVNI…

Un probable ballon météorologique

Suite à ce mystérieux phénomène, les forces de police d’Honolulu ont déclaré qu’elles n’avaient aucune information à partager sur l’affaire. La Federal Aviation Administration a cependant précisé avoir reçu un rapport du département concernant un possible avion dans la région, mais aucun n’avait soudainement disparu des radars, ce qui exclut un potentiel crash d’avion. En attendant, les images de cet objet bleuté laissent songeur :

À LIRE AUSSI :
The Line, un projet de ville « zéro carbone » en Arabie saoudite

Ces images ont été capturées par une habitante, Misitina Sape, le 29 décembre, vers 20h30, près de l’avenue Haleakala à Nanakuli. Plusieurs autres témoins ont rapporté avoir vu « un gros objet bleu » tomber du ciel dans l’océan. Aucune explication n’a été officiellement apportée à ce jour. La forme « filamenteuse » de l’objet écarte l’hypothèse d’un drone ; en revanche, il pourrait s’agir d’un ballon-sonde météorologique à la dérive. Dans ce cas, la luminosité de l’objet serait due à la surface réfléchissante de l’enveloppe du ballon — même si la couleur bleue reste difficile à expliquer…

Quid de la seconde lumière blanche ? Il pourrait simplement s’agir d’un phénomène plus banal (un avion, un satellite, etc.), mais mal interprété au vu des conditions d’observation : l’esprit des témoins étant accaparé par le premier objet plus insolite, cette seconde lumière aurait été ainsi facilement associée à un autre phénomène étrange. Peut-être qu’un rejet de débris d’un ballon-sonde par l’océan dans les jours à venir permettra d’élucider enfin le mystère…

Des signalements le plus souvent explicables

Les premières observations d’aéronefs non identifiés remontent à la Seconde Guerre mondiale, lors de laquelle des pilotes ont déclaré avoir vu des « chasseurs fantômes ». En 1946, plus de 2000 témoignages d’aéronefs non identifiés sont relayés par les médias, dans plusieurs pays. Ces objets sont alors considérés comme des « fusées fantômes », probablement liées à des essais russes de nouveaux prototypes de fusées. Mais c’est en 1947 que l’OVNI tel qu’il est aujourd’hui dépeint par l’imaginaire collectif est décrit pour la première fois : un pilote américain du nom de Kenneth Arnold rapporte avoir vu plusieurs objets en forme de galets plats, brillants et très rapides ; le terme de « soucoupe volante » apparaît alors pour la première fois dans la presse.

À LIRE AUSSI :
Un iPhone 12 peut arrêter un stimulateur cardiaque simplement en étant à proximité
nuage lenticulaire ovni
Photo d’un nuage lenticulaire (altocumulus lenticularis), pris à Hawaï en 2006. Ce type de nuage peut être aisément confondu avec un OVNI. © Wikimedia Commons/Rootmeansquare CC BY-SA 3.0

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Depuis lors, les témoignages d’observation d’OVNI n’ont jamais cessé… de même que les faux témoignages reposant sur des images truquées. La plupart des observations trouvent une explication simple après enquête ; de nombreux témoignages reposent tout simplement sur une identification erronée de phénomènes naturels ou d’engins volants connus. Les nuages lenticulaires par exemple, en forme d’assiette, sont souvent source de confusion. Seuls quelques cas anecdotiques demeurent aujourd’hui inexpliqués.

Un média belge rapporte que le Belgisch UFO-meldpunt a reçu un nombre de signalements particulièrement élevé en 2020 : 446 notifications, soit une hausse de 64% par rapport à l’an passé. À noter que de nombreux signalements ont été effectués pendant le premier confinement, au printemps. « Davantage de temps de loisirs et des conditions météorologiques particulièrement favorables ont abouti à ce que plus de personnes restent à l’extérieur et regardent le ciel », explique l’UFO-meldpunt. Pour la même raison, les signalements sont toujours plus nombreux pendant l’été. Satellites, étoiles, planètes, avions, météores, débris spatiaux, ballons-sondes, oiseaux, drones, lanternes, voilà ce à quoi correspondaient en réalité la grande majorité des observations décrites par les Belges l’an dernier.

classification signalements ovni geipan
Classification des signalements d’OVNI par le Groupe d’études et d’information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés. © GEIPAN

En France, c’est un service du CNES, le GEIPAN (Groupe d’études et d’information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), qui est chargé de recueillir les signalements d’OVNI et d’investiguer si nécessaire. En novembre 2020, la base de données comptait 2905 cas de signalements. Ceux-ci sont classés en quatre catégories : les phénomènes parfaitement identifiés, les phénomènes probablement identifiés, les cas inexploitables (peu de détails rapportés, images de mauvaise qualité, etc.) et les phénomènes aérospatiaux non identifiés (ou PAN). Ces derniers n’ont jamais été élucidés malgré une enquête approfondie, reposant sur des données et des témoignages de qualité. Ils constituent 3,5% des cas.

À LIRE AUSSI :
Conspirations et puce 5G : le schéma électrique devenu viral est celui d'une pédale pour guitare électrique
Source : Hawaii News Now

Laisser un commentaire
Plus d'articles
premier satellite 6G Chine
La Chine lance le premier satellite expérimental 6G