Un régime à base de végétaux réduit fortement le risque de cancer colorectal chez les hommes

association alimentation végétaux risque cancer colorectacl
| Pixabay
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

Plusieurs études ont montré que les régimes à base d’aliments végétaux, comparativement aux régimes excessivement carnés, sont bénéfiques pour de nombreux aspects de la santé. Une équipe de chercheurs s’est intéressée en particulier aux effets d’un tel régime sur le risque de cancer colorectal. Il ressort de leur étude que ce type de régime réduit les risques de façon significative chez les hommes, mais pas chez les femmes. Il apparaît également que cet avantage dépend de la qualité nutritionnelle des végétaux.

Le cancer colorectal est la troisième tumeur maligne la plus fréquente et la quatrième cause de décès par cancer dans le monde. Les mesures de dépistage et les traitements ont permis de réduire le nombre de décès, mais les stratégies de prévention demeurent primordiales. L’alimentation joue un rôle majeur dans ces stratégies — non seulement pour prévenir le cancer colorectal, mais aussi bien d’autres cancers et maladies. Des études ont montré que les viandes rouges et transformées sont associées à un risque accru, tandis que les aliments riches en fibres sont associés à une diminution du risque.

Les régimes à base de végétaux incluent une large variété de régimes alimentaires, qui ont tous comme point commun une faible (voire nulle) consommation d’aliments d’origine animale. Les végétariens, végétaliens, ovo-lacto-végétariens ou pesco-végétariens, donnent tous la part belle aux aliments d’origine végétale. Les chercheurs soulignent toutefois que la qualité nutritionnelle de ces aliments n’est pas toujours élevée, voire parfois délétère (c’est notamment le cas des céréales raffinées, des sucreries et des boissons sucrées).

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Montrez au monde votre passion pour l'espace et que vous soutenez aussi la lutte contre le réchauffement climatique.

Une étude multiethnique incluant plus de 170 000 personnes

Dans leur étude, les chercheurs ont ainsi tenu compte de la qualité nutritionnelle des aliments végétaux, à partir de trois indices définis précédemment : l’indice global de régime à base de végétaux (PDI), l’indice de régime « sain » à base de végétaux (hPDI) et l’indice de régime « malsain » à base de végétaux (uPDI). Des études antérieures ont rapporté que le PDI et le hPDI étaient associés à un risque plus faible de maladie cardiovasculaire, de diabète de type 2 et de ses affections connexes ; l’uPDI, au contraire, était associé à un risque plus élevé de ces maladies.

Il était question ici d’évaluer dans quelle mesure ces indices étaient associés au risque de cancer colorectal, en particulier dans les populations racialement et ethniquement diverses. Un total de 79 952 hommes et 93 475 femmes — afro-américains, japonais-américains, hawaïens, latinos ou blancs — ont été inclus dans l’analyse. Leur consommation alimentaire habituelle a été évaluée à l’aide d’un questionnaire intégrant plus de 180 aliments et boissons, via lequel les participants ont rapporté leur fréquence de consommation (de « jamais ou presque jamais » à « deux fois ou plus par jour » pour les aliments et « quatre fois ou plus par jour » pour les boissons) et la taille des portions.

Les apports quotidiens en énergie et en nutriments ont été calculés à l’aide des tables de composition des aliments élaborées par le centre de cancérologie de l’Université d’Hawaï. Les différents groupes alimentaires identifiés ont été classés en aliments végétaux « sains » (céréales complètes, fruits, légumes, huiles végétales, noix, légumineuses, thé et café), en aliments végétaux « moins sains » (céréales raffinées, jus de fruits, pommes de terre, sucres ajoutés) et en aliments d’origine animale (graisses animales, produits laitiers, œufs, poisson ou fruits de mer, viande).

À noter que les facteurs susceptibles d’influencer les résultats, autres que l’alimentation (par exemple, le surpoids, le tabagisme, la consommation d’alcool, les antécédents familiaux, etc.), ont été pris en compte. Au cours d’une période de suivi moyenne de 19,2 ans, un total de 4976 cas incidents de cancer colorectal ont été identifiés parmi les participants, rapportent les chercheurs.

Une association qui varie selon le sexe et l’origine ethnique

Les résultats ont révélé qu’une alimentation riche en aliments végétaux sains et pauvres en aliments végétaux moins sains était associée à une réduction significative du risque de cancer colorectal chez les hommes : les hommes du quintile supérieur du PDI et de l’hPDI — autrement dit, ceux qui consommaient le plus de ces aliments au quotidien — avaient un risque de cancer colorectal inférieur de 24% et de 21% respectivement, par rapport au premier quintile de chaque indice.

association végétaux sains risque cancer colorectal
Association entre l’indice d’alimentation à base de végétaux « sains » et le risque de cancer colorectal, chez les hommes et les femmes, dans une étude de cohorte multiethnique (1993-2017). © J. Kim et al.

En revanche, aucun des indices d’alimentation à base de végétaux n’était significativement associé au risque de cancer colorectal chez les femmes. Cette différence entre les sexes peut être due au fait que les femmes consomment généralement plus d’aliments végétaux et moins d’aliments d’origine animale par rapport aux hommes. Dans cette étude, elles consommaient également moins d’aliments végétaux malsains que les hommes. À cela s’ajoute le fait que les hommes présentent, de base, un risque de cancer colorectal plus élevé que les femmes.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Ainsi, les femmes ne tireraient aucun avantage supplémentaire de consommer davantage d’aliments d’origine végétale — contrairement aux hommes, pour qui l’avantage est significatif. « Nous pensons que les antioxydants présents dans les aliments tels que les fruits, les légumes et les grains entiers pourraient contribuer à réduire le risque de cancer colorectal en supprimant l’inflammation chronique, qui peut conduire au cancer », a expliqué au Guardian Jihye Kim, chercheur à l’Université Kyung Hee, en Corée du Sud, et premier auteur de l’étude.

Les chercheurs ont également observé que la force de l’association entre le régime alimentaire à base de végétaux et le cancer colorectal chez les hommes variait nettement selon la race, l’origine ethnique et le sous-site anatomique des tumeurs. Elle était ainsi plus importante chez les Américains d’origine japonaise, les Hawaïens autochtones et les Blancs que chez les Afro-Américains et les Latino-Américains ; elle était également plus forte pour les tumeurs du côlon gauche et du rectum que pour les tumeurs du côlon droit.

Ces différences entre les ethnies pourraient être dues à des différences précédemment identifiées pour d’autres facteurs de risque de cancer colorectal entre ces groupes de population. Des recherches supplémentaires sont néanmoins nécessaires pour éclaircir ce point, précise l’équipe. En attendant, ces premiers résultats soulignent l’importance de la qualité des aliments d’origine végétale dans la prévention du cancer colorectal.

Source : J. Kim et al., BMC Medicine

Laisser un commentaire