Le jeûne intermittent allongerait la durée de vie en modifiant l’activité de nos gènes

restriction temps prise alimantaire effets genes maladies couv
Vue d’artiste des effets d'une alimentation limitée dans le temps (l’horloge) sur l'expression des gènes des systèmes d'organes interconnectés (la grande roue). | Salk Institute
⇧ [VIDÉO]   Vous pourriez aussi aimer ce contenu partenaire (après la pub)

La modification de la qualité ou de la quantité de l’apport en nutriments module l’expression des gènes, induisant des changements fonctionnels. Ces derniers peuvent conduire au développement de certaines maladies, comme le diabète ou l’hypertension, si l’alimentation est déséquilibrée et avec un apport bien trop important, par exemple. Des chercheurs américains ont mis en évidence l’effet sur l’activité de nos gènes, et les impacts sur plusieurs tissus du corps, du fait de réguler voire de limiter dans le temps l’alimentation. Une nouvelle voie de recherche pour certaines maladies chroniques.

De nombreuses études ont montré les avantages pour la santé d’une alimentation limitée dans le temps, y compris l’augmentation de la durée de vie dans les études en laboratoire, faisant des pratiques comme le jeûne intermittent un sujet d’actualité dans l’industrie du bien-être et des soins. Malgré le fait que les interventions nutritionnelles et alimentaires entraînent probablement des réponses dans plusieurs tissus, jusqu’à présent aucune étude ne s’était penchée sur cette réponse multitissulaire.

L’alimentation à durée limitée est une nouvelle méthode dans laquelle les nutriments sont consommés dans une fenêtre constante de 8 à 10h chaque jour, ce qui entraîne des bienfaits multiples pour la santé qui impliquent différents tissus. Il est important de noter que des avantages sont observés même lorsque l’apport calorique ou le type de régime alimentaire reste inchangé, et des avantages qualitativement similaires sont également observés dans un certain nombre d’études sur l’homme.

:: LE T-SHIRT QUI SOUTIENT LA SCIENCE ! ::
Montrez au monde votre passion pour l'espace et que vous soutenez aussi la lutte contre le réchauffement climatique.

Les avantages comprennent des améliorations de la glycémie, de la capacité physique, de l’endurance, de la coordination motrice, du sommeil, de la pression artérielle, du cholestérol, de la fonction cardiaque et de la santé intestinale. Des réductions de la croissance tumorale, du risque de cancer et de la gravité des maladies neurodégénératives ont également été observées.

Récemment, les scientifiques de l’Institut Salk en Californie ont mis en évidence, chez la souris, les effets d’une alimentation limitée dans le temps sur l’expression des gènes dans plus de 22 régions du corps et du cerveau. Ces résultats ont des implications pour un large éventail de maladies où l’alimentation à durée limitée a montré des avantages potentiels. L’étude est publiée dans la revue Cell Metabolism.

Éxpression génique boostée et effets bénéfiques sur certaines maladies

Pour l’étude, deux groupes de souris ont reçu le même régime alimentaire riche en calories. Un groupe a eu libre accès à la nourriture, tandis que l’autre groupe était limité à manger dans une fenêtre d’alimentation de neuf heures par jour. Après sept semaines, des échantillons de tissus ont été prélevés sur 22 groupes d’organes et le cerveau à différents moments de la journée ou de la nuit et ont été analysés pour détecter les modifications génétiques. Les échantillons comprenaient des tissus du foie, de l’estomac, des poumons, du cœur, de la glande surrénale, de l’hypothalamus, de différentes parties du rein et de l’intestin et de différentes zones du cerveau.

dispositif experience
Illustration du dispositif expérimental et des échantillons de tissus prélevés. © S. Panda et al., 2023

Les auteurs ont découvert que 70% des gènes de souris réagissent à une alimentation limitée dans le temps. Satchidananda Panda, auteur principal et titulaire de la chaire Rita et Richard Atkinson à Salk, déclare dans un communiqué : « En modifiant le moment du repas, nous avons pu modifier l’expression des gènes non seulement dans l’intestin ou dans le foie, mais également dans des milliers de gènes du cerveau ».

modulation expression gene
Augmentation de la rythmicité de l’expression génique dans les tissus après une limitation dans le temps de l’apport en nourriture. © S. Panda et al., 2023

Près de 40% des gènes de la glande surrénale, de l’hypothalamus et du pancréas ont été affectés par une alimentation limitée dans le temps. Ces organes sont importants pour la régulation hormonale. Les hormones coordonnent les fonctions dans différentes parties du corps et du cerveau, et le déséquilibre hormonal est impliqué dans de nombreuses maladies, du diabète aux troubles de stress. Les résultats offrent des indications sur la façon dont une alimentation limitée dans le temps peut aider à gérer ces maladies.

Impacts sur l’emploi

Fait intéressant, toutes les sections du tube digestif n’étaient pas affectées de la même manière. Alors que les gènes impliqués dans les deux parties supérieures de l’intestin grêle — le duodénum et le jéjunum — étaient activés par une alimentation limitée dans le temps, l’iléon, à l’extrémité inférieure de l’intestin grêle, ne l’était pas.

Cette découverte pourrait ouvrir une nouvelle voie de recherche pour étudier comment les emplois avec travail posté, qui perturbent notre horloge biologique de 24 heures (appelée rythme circadien) impactent les maladies digestives et les cancers. Des recherches antérieures menées par l’équipe de Panda ont montré qu’une alimentation limitée dans le temps améliorait la santé des pompiers, qui sont généralement des travailleurs postés.

En effet, les pompiers travaillent sur des rythmes particuliers, afin d’être disponibles 24h/24. Mais ces quarts de travail, pouvant aller de 8h à 12h sur 24 heures, sont difficiles pour le corps et augmentent le risque de maladies cardiométaboliques, comme le diabète, ainsi que le risque de cancer. En collaboration avec le service d’incendie de San Diego, la même équipe de scientifiques de Salk et de l’UC San Diego Health a mené un essai clinique et a découvert qu’une alimentation limitée dans le temps améliorait la santé et le bien-être des pompiers. L’intervention sur le mode de vie exigeait uniquement que les pompiers mangent pendant une fenêtre de 10 heures et n’impliquait pas de sauter des repas.

Les nouvelles découvertes, publiées dans Cell Metabolism le 4 octobre 2022, peuvent également avoir des implications pour les travailleurs postés, tels que le personnel militaire, les professionnels de la santé, de la restauration et du transport, le personnel des télécommunications, etc.

Changement de rythme

Les chercheurs ont également découvert que l’alimentation limitée dans le temps alignait les rythmes circadiens de plusieurs organes du corps.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Il faut savoir que presque toutes les cellules du corps ont une horloge biologique de 24 heures qui produit des rythmes circadiens. Ces rythmes régulent le comportement — quand être actif et quand se reposer — et la physiologie — tension artérielle, glycémie, fonction musculaire. Les rythmes circadiens se coordonnent avec l’environnement en partie par des cycles réguliers et minutés de lumière et d’obscurité, d’alimentation et de jeûne. Les perturbations de ces cycles peuvent avoir un impact sur la santé, entraînant l’obésité, les maladies cardiaques, le diabète et le cancer.

Satchidananda Panda explique : « Les rythmes circadiens sont partout, dans chaque cellule. Nous avons découvert que l’alimentation limitée dans le temps synchronisait les rythmes circadiens pour avoir deux vagues principales : une pendant le jeûne et une autre juste après avoir mangé. Nous soupçonnons que cela permet au corps de coordonner différents processus ».

Par la suite, l’équipe de Satchidananda Panda examinera plus précisément les effets de l’alimentation limitée dans le temps sur l’athérosclérose — durcissement des artères, souvent un précurseur des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux — ainsi que les maladies rénales chroniques.

Source : Cell Metabolism

Laisser un commentaire