De nouveaux tests cliniques ont fourni les preuves les plus solides, jusqu’à présent, que le diabète de type 2 n’est pas nécessairement une maladie à vie et que cette dernière pourrait bien être « inversée » même chez des patients qui en souffrent depuis de nombreuses années déjà.

Un essai clinique impliquant près de 300 personnes, mené au Royaume-Uni, a révélé qu’un programme intensif de gestion du poids visant à rééquilibrer le diabète de type 2, a permis une rémission chez 86% des patients qui l’ont testé et qui ont perdu 15 kilogrammes ou plus. « Ces résultats sont très excitants », affirme Roy Taylor, chercheur à l’Université de Newcastle. « Ils pourraient révolutionner la manière dont le diabète de type 2 est traité », a-t-il ajouté.

Taylor et ses collègues chercheurs ont étudié 298 adultes, âgés de 20 à 65 ans et qui ont reçu un diagnostic de diabète de type 2 au cours des six dernières années, afin de participer à l’essai clinique de rémission du diabète (Diabetes Remission Clinical Trial – DiRECT). Les participants ont été assignés au hasard, soit à un programme de gestion de poids intensif, soit à un programme standard pour diabétique qui leur a été administré par leur médecin généraliste, agissant comme un groupe de contrôle.

Les 149 personnes qui ont été placées dans le programme de gestion du poids ont dû se limiter à une formule hypocalorique composée de boissons simples et de soupes, limitant leur consommation à 825-853 calories (Kcal) par jour et ce, pendant une période de trois à cinq mois.

Après cette période de temps, de la nourriture plus consistante a été réintroduite lentement dans leur alimentation, durant deux à huit semaines. Les participants ont également reçu un soutien pour maintenir leur perte de poids, y compris une thérapie cognitivo-comportementale, ainsi que de l’aide pour augmenter leur niveau d’activité physique.

Il ne s’agit pas d’un changement de style de vie facile à effectuer, mais dans un tel cas, « quand on veut, on peut ». « Nous avons constaté que les gens étaient vraiment intéressés par cette approche – près d’un tiers de ceux qui ont été invités à participer à l’étude ont accepté », explique le nutritionniste Mike Lean de l’Université de Glasgow. « C’est un taux d’acceptation beaucoup plus élevé que d’habitude, en ce qui concerne des essais cliniques sur le diabète », ajoute-t-il.

Pour la plupart des gens prêts à faire ces sacrifices, l’effort, basé sur les résultats de la première année (et rapportés cette semaine), en valait largement la peine. En effet, près de 90% de ceux qui ont perdu 15 kilogrammes ou plus, ont inversé avec succès leur diabète de type 2. Plus de la moitié (57%) de ceux qui ont perdu entre 10 et 15 kilogrammes ont également obtenu une rémission.

Concernant ceux qui ont perdu moins de poids, entre 5 et 10 kilogrammes, l’inversion de la maladie a encore fonctionné pour plus d’un tiers d’entre eux, soit 34% des participants.

Quant au groupe témoin ayant reçu un traitement diabétique standard, le taux de rémission n’était que de 4%. Il est donc clair qu’une telle stratégie interventionniste de perte de poids est un bon pari pour les personnes souffrant de diabète de type 2 et qui souhaitent agir efficacement pour inverser cette maladie. Dans l’étude, la perte de poids moyenne dans le groupe de gestion du poids était de 10 kilogrammes, tandis que les participants du groupe témoin ont perdu 1 kilogramme en moyenne seulement.

Les chercheurs suggèrent donc que l’intervention diététique seule, pourrait nous aider à changer notre manière de penser au diabète de type 2 ainsi qu’à son traitement, car il ne s’agit manifestement pas d’un état chronique irréversible, comme les scientifiques l’ont déjà supposé auparavant.

Bien entendu, l’inversion n’est pas permanente si les personnes concernées retournent ensuite à des habitudes alimentaires malsaines, ce qui a contribué dans la plupart des cas à leur diagnostic de diabète de type 2, dans un premier temps.

Actuellement, les tests de DiRECT se poursuivent. Il sera donc intéressant de constater quel pourcentage des membres du groupe arrivera à conserver leur succès. Pour l’instant du moins, il est clair que de nombreuses vies ont été changées.

« J’avais un diabète de type 2 pendant deux ou trois ans avant l’étude. Je recevais divers médicaments qui augmentaient constamment et je devenais de plus en plus malade chaque jour », explique Isobel Murray, 65 ans, de North Ayrshire, qui n’a pas hésité lorsqu’elle a été invitée à participer à l’essai clinique. « Quand les médecins m’ont dit que mon pancréas fonctionnait à nouveau, c’était fantastique, absolument incroyable. Je ne me considère plus comme une diabétique… Je fais partie des chanceux qui sont en phase de rémission », a-t-elle ajouté.

Une affaire à suivre de près.

Sources : Lancet, Newcastle University, DiRECT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share