9.4K Partages

Un véritable laboratoire des horreurs a été découvert par des agents du FBI, suite à une descente dans une entreprise de don de corps située en Arizona. Alertés par la présence d’un réfrigérateur rempli de pénis humains ou des seaux contenant des membres humains en vrac, les autorités ont planifié une fouille complète des lieux. Certains éléments qu’ils ont découverts, telle qu’une tête cousue sur un autre corps, sont dignes du roman Frankenstein.

Le centre en question est le Biological Resource Center (BRC) situé à Phoenix (États-Unis), une entreprise à but lucratif qui aide les individus à faire don de leur corps “à la science”. Il a été perquisitionné par le FBI en janvier 2014 déjà, dans le cadre d’une enquête criminelle internationale.

Récemment, comme le rapportent The Arizona Republic et ABC15 Arizona, de nouveaux documents judiciaires relatifs à des poursuites civiles contre le BRC ont révélé des détails encore plus choquants concernant cette enquête.

Mark Cwynar, ancien agent du FBI, a déclaré avoir assisté à « diverses scènes troublantes » au BRC de Phoenix. Selon ses descriptions, de nombreux cadavres semblaient par exemple avoir été utilisés pour des “blagues morbides”. Pour lui, l’une des vues les plus choquantes était celle d’un grand corps d’homme sur lequel la tête d’une “petite femme” avait été cousue, « à la Frankenstein » dit-il. Le corps était accroché au mur.

L’ancien propriétaire du BCR, Stephen Gore, a plaidé coupable à un chef d’accusation de contrôle illégal d’une entreprise en 2015 et a été condamné à une peine de probation de quatre ans. Il attend maintenant un procès civil prévu pour le 21 octobre 2019.

Au total, au moins 33 plaignants poursuivent l’affaire de courtage de corps, alléguant que les restes de membres de leur famille ont été obtenus au moyen de “fausses déclarations” et que leurs corps n’ont pas été entreposés, traités ou éliminés de manière appropriée.

Les documents judiciaires dont il est question contenaient également une “liste de prix” pour les différentes parties du corps :

  • Corps entier sans épaules ni tête : 2900 $
  • Torse avec tête : 2400 $
  • Colonne vertébrale entière : 950 $
  • Jambe entière : 1100 $
  • Pied entier : 450 $
  • Genou : 375 $
  • Bassin : 400 $

Après une descente dans l’entrepôt en 2014, les agents ont découvert 10 tonnes de restes humains gelés, dont 281 têtes, 241 épaules, 337 jambes et 97 colonnes vertébrales. Selon une enquête de Reuters datant de 2017, BRC aurait reçu des dons de plus de 5000 personnes et distribué plus de 20’000 parties de corps à un certain nombre d’installations de recherche ou de programmes de formation médicale inconnus.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
marche membres corps humains enquete brc graphique

Crédits : Reuters/ Trust My Science (traduction)

« Je ne pouvais pas dormir la nuit après avoir vu cela » a déclaré Matthew Parker, un ancien agent du FBI qui a fait irruption dans l’entrepôt. Il a démissionné après avoir souffert d’un trouble de stress post-traumatique, selon Reuters. « Cela ressemblait à un atelier de découpe d’une décharge, mais où ils découpaient des humains au lieu de la ferraille ».

Au cours d’une autre entrevue, Parker a déclaré que lors d’une inspection, il a senti des morceaux de corps bouger à l’intérieur de sacs qu’il déplaçait. Du sang s’est échappé des sacs, tachant son pantalon et ses chaussures. L’expérience a mené à son diagnostic de SSPT, dit-il. « Ce n’est pas la façon dont on traite les êtres humains, les restes humains », a déclaré Parker dans une déposition dans le cadre de sa déclaration sur le SSPT. « On ne les jette pas dans un tas de sacs mortuaires puis dans un congélateur, comme un tas d’ordures ».

Sur le même sujet : CHINE : les pires craintes concernant les greffes d’organes et les prisonniers sont confirmées…

Emily Glynn, qui a été stagiaire au “laboratoire” en 2013, a également parlé à Reuters à propos de son expérience au BRC. Au cours de son stage, elle a déclaré avoir démembré de nombreux corps sans formation ni instruction formelles. Elle prétend même avoir “décapité une femme âgée avec ce qui ressemblait à une tronçonneuse bon marché”.

Jusqu’en 2017, les sociétés de courtage en Arizona n’avaient même pas besoin d’une licence d’État pour exercer leurs activités. Suite à cette affaire, le gouverneur de l’Arizona a promulgué un projet de loi qui exige que les courtiers de corps humains comme BRC soient agréés et inspectés régulièrement. La nouvelle loi exige que les courtiers suivent un ensemble de normes et embauchent un médecin pour superviser les pratiques de l’entreprise.

Bien que la nouvelle loi ait été adoptée en 2017, elle n’est pas encore entièrement appliquée et respectée : le département de la santé est encore en train de créer des règles spécifiques pour le courtage de corps, qui reste remarquablement non contrôlé aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9.4K Partages
9.4K Partages
Partager via
Copier le lien