La géante gazeuse Kepler-1647 b, récemment découverte par le télescope Kepler, a battu tous les records de taille et de longueur orbitale pour un corps céleste de type circumbinaire. Il pourrait être le premier élément d’une population d’exoplanètes similaires.

La plus grande planète circumbinaire jamais découverte se site à 3700 années-lumière, dans la constellation du Cygne. Elle a été baptisée « Kepler-1647 b », et possède un rayon et une masse pratiquement identiques à celles de Jupiter. Cette géante gazeuse extrasolaire est le corps céleste le plus massif en orbite autour d’une paire d’étoiles binaires jamais découvert à ce jour.

Les astronomes du Goddard Space Flight Center de la NASA et de la San Diego State University ont observé le transit à travers le télescope Kepler. Ils ont annoncé la découverte ce 13 juin 2016, au cours d’une conférence donnée par l’American Astronomical Society (Société Américaine d’Astronomie).

 

L’orbite la plus grande

Kepler-1647 b serait âgée de 4,4 milliards d’années (plus ou moins comme notre vieille Terre) et orbite autour de deux étoiles semblables au Soleil (l’une est un peu plus grande et l’autre légèrement plus petite que celui-ci). Elle emploie bel et bien 1107 jours, soit un peu plus de trois ans, pour accomplir une orbite complète autour de ses soleils ! C’est donc sans doute pour cette raison qu’il a été si difficile de la localiser : pour confirmer son existence, il a fallu attendre qu’elle complète sa longue période orbitale, qui est d’ailleurs la plus longue jamais observée pour une exoplanète possédant un système de transit situé devant l’étoile mère.

comparaison_kepler_1647_b

Comparaison entre Kepler-1647 b, tout à droite, et d’autres planètes circumbinaires connues. Crédit : Lynette Cook

Ni trop chaude, ni trop froide, habitable ?

Cette nouvelle planète se démarque également par le fait qu’elle soit bien plus éloignée de ses deux étoiles que ne le sont en général les exoplanètes « circumbinaires » que nous connaissons déjà.

Ce qui la rend habitable : sa distance, ainsi qu’une température idéale à la vie (ni trop haute, ni trop basse). Il est donc possible que de l’eau puisse s’y trouver à l’état liquide. Étant donné qu’il s’agit d’une planète gazeuse, la vie a cependant peu de chances de s’y être développée, mais elle aurait pu éclore sur d’éventuelles lunes qui orbiteraient autour de la planète.

 

Mais au fait, qu’est-ce qu’une planète circumbinaire, plus précisément ?

Une planète possédant une orbite de type circumbinaire est une planète qui tourne autour de deux composantes d’un système binaire plutôt qu’autour d’un seul. Dans le cas de Kepler-1647 b, elle orbite autour de deux étoiles binaires, ce qui lui donne une trajectoire particulière, dite de type P.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.