La NASA étudie la possibilité d’inclure un équipage d’astronautes pour le tout premier lancement de leur plus puissante fusée : le Space Launch System, ce qui accélérerait sans conteste leurs plans : amener les humains en orbite autour de la Lune une seconde fois et un jour, permettre de se rendre sur Mars.

L’agence spatiale envisage sérieusement d’inclure un équipage d’astronautes à la mission Exploration Mission 1 (EM-1), qui sera le tout premier vol du lanceur Space Launch System (SLS). Cette mission orbitale autour de la Lune est actuellement prévue pour un lancement en novembre 2018, mais jusqu’à présent, elle serait sans équipage.

En prenant en considération les améliorations nécessaires à apporter au SLS pour supporter un équipage d’astronautes, il est clair que la date limite sera sujette à changer. Avant cette annonce, la NASA prévoyait des voyages avec un équipage sur le SLS et la capsule Orion, pour 2021 au plus tôt.

Cette nouvelle annonce surprenante concernant le SLS est largement considérée comme étant un signe de l’intérêt pour un retour des astronautes sur la Lune, souhait déclaré par l’administration du président Trump. Ce serait en se référant au discours inaugural de Trump, qui annonçait que les États-Unis « déverrouilleront les mystères de l’espace », que Robert Lightfoot, administrateur de la NASA, a annoncé une nouvelle étude visant à « évaluer la faisabilité » d’ajouter un équipage d’astronautes à EM-1.

« Je connais les défis associés à une telle proposition, comme l’examen de la faisabilité technique, les ressources supplémentaires nécessaires, et clairement le travail supplémentaire nécessaire pour une date de lancement différente. Cela dit, je veux aussi entendre parler des opportunités qui pourraient se présenter pour accélérer le processus d’un premier vol avec un équipage et ce qu’il faudrait pour accomplir cette première étape, qui propulserait les humains encore plus loin dans l’espace », explique Lightfoot.

Bien qu’il soit trop tôt pour connaitre de manière précise à quel point les paramètres de l’opération EM-1 devront changer en considérant un équipage à son bord, le plan de mission existant prévoit actuellement environ 3 semaines de vol, avec le vaisseau Orion (prévu initialement sans équipage) qui collecterait des données, car il serait en orbite de la Lune pendant six jours, à une distance d’environ 70’000 kilomètres. Il est donc possible que l’ajout d’un équipage d’astronautes à bord du SLS et d’Orion puisse faire en sorte que le vol soit au final plus court que prévu, et qu’il puisse potentiellement ressembler à un précurseur assez connu : la mission Apollo 8 de 1968, la toute première fois qu’un équipage humain orbitait autour de la Lune.

Si la NASA souhaite envoyer un équipage d’astronautes, il y aura beaucoup de travail a effectuer avant le lancement effectif : le vaisseau Orion destiné à l’EM-1, ne contient actuellement aucun système pouvant soutenir la vie, et la fusée SLS n’a pas été entièrement adaptée pour un lancement contenant des humains à son bord.

Mais si ces obstacles peuvent être surmontés, le nouvel EM-1 pourrait constituer un terrain d’essai important pour préparer sa mission successive, EM-2, qui devrait avoir lieu 3 à 5 ans plus tard. La mission d’EM-2 verrait les astronautes de la NASA atterrir sur la surface de la Lune pour la première fois depuis 1972.

Le but ultime du SLS n’est pas simplement de nous transporter vers le satellite naturel de la Terre, mais également d’amener les humains sur Mars, un jour. Tester ce vaisseau spatial est une chose, mais nous devons également évaluer tous les éléments dont nous aurions besoin pour pouvoir réellement vivre sur la planète rouge. Et pour l’instant, la Lune est l’élément le plus accessible pour effectuer des essais.

Bien qu’il y ait encore énormément de détails que les scientifiques de la NASA devront prendre en compte dans le but d’améliorer le SLS, ce premier lancement possiblement habité est très prometteur : « L’ampleur de ce que nous allons faire avec le SLS et Orion est incroyable. Tout comme les opportunités que nous créons pour cette nation, qui emmèneront les humains plus loin que jamais auparavant », annonce Lightfoot.

Sources : NASASpaceRef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.