Des scientifiques de la NASA ont proposé un plan pour le moins audacieux : générer un gigantesque champ magnétique dans l’espace pour redonner une atmosphère à Mars, afin de rendre la planète habitable et propice à abriter des générations futures de colons humains.

La NASA souhaite créer un véritable bouclier magnétique géant dans l’espace pour protéger Mars des vents solaires, ce qui, selon les scientifiques, permettrait de restaurer l’atmosphère martienne et pourrait littéralement terraformer la surface de la planète rouge, offrant la possibilité pour l’eau d’y couler à nouveau. Même si aujourd’hui Mars semble froide et aride, il n’en a pas toujours été ainsi : la planète aurait possédé une épaisse atmosphère qui aurait permis à de vastes océans profonds de s’y trouver, ainsi qu’un climat chaud, rendant la planète potentiellement habitable.

Les scientifiques pensent que Mars a perdu son atmosphère (et tout ce qui s’en suit : eau liquide, climat chaud), lorsque son champ magnétique protecteur s’est effondré il y a plusieurs milliards d’années, et que le vent solaire, composé de particules de haute énergie expulsées depuis le Soleil, a littéralement décapé son atmosphère.

Mais à présent, de nouvelles simulations effectuées par la NASA suggèrent qu’il serait possible de redonner naturellement une atmosphère épaisse à la planète rouge, et par conséquent lui rendre une grande partie de ce qu’elle a perdu par le passé. L’agence spatiale pense qu’effectuer un blindage magnétique puissant depuis l’espace, pourrait servir de substitut à la magnétosphère perdue de la planète, lui donnant une chance de rétablir naturellement sa propre atmosphère.

De nouveaux résultats, présentés la semaine dernière lors du Planetary Science Vision 2050 Workshop par Jim Green, directeur de la division des sciences planétaires à la NASA, suggèrent que le lancement d’une « magnétosphère artificielle » dans l’espace, entre Mars et le Soleil, pourrait hypothétiquement protéger la planète des vents solaires. « Cette situation éliminerait une grande partie du processus d’érosion du vent solaire, (…) permettant alors à la faible atmosphère martienne actuelle de gagner en pression et en température sur le long terme », expliquent les chercheurs dans leur étude.

Bien que l’équipe reconnaisse que le concept puisse paraître « fantaisiste » à ce stade, ils soulignent le fait que des recherches quant à la création de magnétosphères miniatures sont déjà effectuées, afin de protéger les astronautes ainsi que les vaisseaux spatiaux du rayonnement cosmique et donc, qu’une telle technologie utilisée sur une échelle plus grande pourrait être mise en place pour générer un bouclier protecteur sur Mars. « Obtenir un champ suffisamment fort sur le terrain pourrait être faisable, ce qui est nécessaire pour fournir ce blindage. Nous devrons ensuite être en mesure de modifier la direction du champ magnétique, de sorte qu’il puisse repousser continuellement le vent solaire », a expliqué Green.

Selon les simulations de l’équipe, si le vent solaire est repoussé de manière efficace par le bouclier magnétique, les pertes atmosphériques martiennes cesseraient et la planète retrouverait une atmosphère présentant environ la moitié de la pression atmosphérique terrestre. Ensuite, les prédictions indiquent que comme l’atmosphère deviendrait plus épaisse, le climat martien serait à terme d’environ 4 degrés Celsius plus chaud, ce qui serait suffisant pour faire fondre les glaces de dioxyde de carbone situées sur la calotte polaire au nord de la planète. Toujours selon les estimations, le carbone situé dans l’atmosphère martienne aiderait alors à retenir la chaleur (comme c’est le cas sur Terre), générant ainsi un effet de serre qui offrirait la possibilité à la planète rouge d’abriter à nouveau de l’eau sous forme liquide.

Si tous ces éléments se produisent comme prévu par les simulations des scientifiques, alors il serait probable que Mars retrouve une partie de son habitabilité, perdue depuis fort longtemps. « Il ne s’agit pas du terraformage habituel auquel vous pouvez penser lorsqu’il s’agit de changer artificiellement le climat : dans ce cas, nous laisserions la nature le faire, et nous le ferions en nous appuyant sur des éléments physiques connus aujourd’hui », explique Green.

À ce stade, l’équipe reconnait que le plan reste largement hypothétique mais qu’il pourrait être réalisé dans le futur. Les chercheurs souhaitent obtenir une estimation plus précise du temps qu’il faudrait à la planète rouge pour retrouver une atmosphère de manière naturelle, si le bouclier protecteur était mis en place autour de cette dernière.

Et si le concept s’avèrerait réalisable, les chercheurs ont déjà étudié à quel point le fait de retrouver une atmosphère sur Mars changerait les futures perspectives de colonisation. « Tout comme sur Terre, une atmosphère renforcée (sur Mars) permettrait : de déployer plus d’équipement en surface, d’être protégé contre le rayonnement cosmique et le vent solaire, d’étendre la capacité d’extraction de l’oxygène et fournir « plein d’air » pour la production végétale, pour ne citer que ces éléments », expliquent les chercheurs. « Si cela peut être réalisé en une vie, alors la colonisation de Mars n’est plus très loin », ajoutent-ils.

Sources : NASAPlanetary Science Vision 2050 Workshop (PDF)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share