Le plus grand « soleil artificiel » au monde a été inauguré récemment en Allemagne. Les scientifiques espèrent que le système, qui peut générer des températures avoisinant les 3500 °C, aidera à développer un carburant au bilan carbone neutre.

Synlight est la plus grande collection de projecteurs jamais assemblés dans une seule pièce, et des scientifiques allemands les allument tous à la fois, dans la poursuite d’une énergie efficace et renouvelable. Cette expérience implique le plus grand « soleil artificiel » du monde et se déroule à Jülich, une ville située à 30 kilomètres de Cologne, en Allemagne. Ce système a été conçu par les scientifiques du Centre Aerospatial Allemand (DLR).

L’appareil dispose de 149 projecteurs de cinéma de qualité industrielle (ces projecteurs possèdent des lampes Xénon à arc qui simulent la radiation solaire naturelle), et chacun de ces derniers délivre environ 4000 fois la puissance d’une ampoule moyenne. Lorsque l’installation est activée, elle génère une lumière 10’000 fois plus intense que la lumière naturelle que nous percevons sur Terre grâce au Soleil. Lorsque les projecteurs sont concentrés et orientés vers un seul point, les températures atteignent environ 3500 °C, ce qui est trois fois plus élevé que la chaleur générée par un haut fourneau.

Chaque jour, une énorme quantité d’énergie frappe la Terre sous forme de lumière, provenant de notre Soleil. Bien que nous ayons aujourd’hui la possibilité d’exploiter l’énergie solaire (par le biais des panneaux solaires par exemple), une grande partie de cette dernière reste encore inexploitée. Les scientifiques espèrent que grâce à leurs expériences avec Synlight, ils pourront trouver un moyen efficace de puiser dans cette énergie « gaspillée ».

DLR German Aerospace Center soleil artificiel

La lumière produite par Synlight est 10’000 fois supérieure à la lumière naturelle provenant du Soleil sur Terre. Crédits : German Aerospace Centre

DLR German Aerospace Center soleil artificiel

Crédits : German Aerospace Centre

Cette expérience possède néanmoins ses risques et ses coûts. « Si vous entriez dans la pièce lorsque le dispositif est allumé, alors vous brûleriez instantanément », explique Bernard Hoffschmidt, directeur de recherche au DLR. D’autant plus qu’une fois allumé, ce soleil artificiel consomme une énorme quantité d’énergie : une expérience de 4 heures consomme autant d’énergie qu’un ménage de 4 personnes en une année. C’est donc très, très coûteux.

Pour l’instant, le premier objectif est de déterminer la configuration optimale nécessaire pour pouvoir utiliser la lumière du Soleil afin de générer une réaction qui produirait de l’hydrogène : une potentielle source de carburant propre pour les voitures et les avions. En effet, l’hydrogène ne produit pas d’émissions polluantes, ce qui signifie qu’il ne contribue pas au réchauffement climatique. Malheureusement, bien qu’il soit abondant dans l’Univers, il ne l’est pas sur Terre et doit être fabriqué, un procédé actuellement très coûteux (demandant de grandes quantité d’électricité).

« Nous aurions besoin de milliards de tonnes d’hydrogène si nous voulions conduire des avions et des voitures avec du carburant sans CO2. Le changement climatique s’accélère, alors nous devons accélérer l’innovation », explique Hoffschmidt. À l’avenir, l’installation pourra également être utilisée pour tester la durabilité de certaines pièces destinées aux fusées, lorsqu’elles sont frappées par le rayonnement solaire. Donc non seulement Synlight pourrait nous aider à créer un carburant propre, mais également à améliorer nos équipements dans le but d’explorer d’autres mondes.

Source : DLR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.