Plus tôt cette année, de nombreux cas de maladies pulmonaires (dont certains ont été mortels) liées à l’utilisation de cigarettes électroniques ont fait la une des journaux. Récemment, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) auraient identifié l’une des substances responsables, contenue dans certains e-liquides.

« Pour la première fois, nous avons détecté une toxine potentiellement préoccupante : l’acétate de vitamine E », a déclaré Anne Schuchat, directrice adjointe des CDC, lors d’un entretien téléphonique avec des journalistes. Pour rappel, ces derniers mois, au moins 251 personnes sont tombées malades aux États-Unis à cause du vapotage, et 39 sont décédées.

Les CDC ont examiné des échantillons de poumons prélevés sur 29 patients de 10 États américains distincts, et ont trouvé des traces d’acétate de vitamine E (acétate de tocophérol) — une forme synthétique de vitamine E — dans chacun d’entre eux.

« L’acétate de vitamine E est extrêmement collant », a déclaré durant l’appel Jim Pirkle, du laboratoire de santé environnementale des CDC. « Ça fait un peu penser à du miel. Et quand ça va dans les poumons, ça y reste longtemps ».

Selon un communiqué du ministère de la Santé, l’acétate de vitamine E a déjà été identifié comme une préoccupation dans l’État de New York en septembre dernier, lorsque des concentrations élevées de cette substance ont été détectées dans presque tous les échantillons analysés contenant du cannabis.

Les principaux concernés : les e-liquides (licites et illicites) contenant du THC

Le commissaire de la FDA, Ned Sharpless, a également exprimé sa préoccupation à propos de l’acétate de vitamine E dans un tweet datant de septembre, précisant que la substance avait été identifiée dans “de nombreux échantillons contenant du THC”.

Les CDC ont déclaré que l’acétate de vitamine E se trouve souvent dans des e-liquides illicites, achetés dans la rue. La substance est notamment utilisée pour diluer les e-liquides, et en particulier pour diluer le THC. Cependant, les enquêteurs fédéraux ne pensent toujours pas que la vitamine E ait causée à elle seule les dommages constatés, mais il existe clairement un lien entre l’inhalation de vapeurs de vitamine E et l’augmentation des lésions pulmonaires.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« L’acétate de vitamine E ne cause généralement pas de dommages lorsqu’il est consommé sous forme de supplément de vitamines ou appliqué par voie topique sur la peau », a déclaré Schuchat. « Cependant, des recherches antérieures (non-CDC) suggèrent que, lorsque la vitamine E est inhalée, elle peut interférer avec la fonction pulmonaire normale ».

Il est également trop tôt pour affirmer que les e-liquides à base de nicotine sans THC sont sans danger. Les enquêteurs avertissent qu’il peut y avoir de petites quantités de vitamine E dans n’importe quel liquide destiné au vapotage. D’autres substances dangereuses persistantes, encore non identifiées, pourraient également être présentes.

Propylène glycol et glycérine végétale : des substances qui ne sont pas inoffensives

Une petite étude réalisée par l’Université de Pennsylvanie en août dernier, impliquant 31 adultes en bonne santé, a suggéré de façon similaire que certaines huiles “inoffensives” comme le propylène glycol et la glycérine végétale peuvent subir des transformations dangereuses lorsqu’elles sont chauffées à une certaine température. En effet, lorsqu’elles sont vaporisées, elles deviennent potentiellement toxiques.

Sur le même sujet : La cigarette électronique avec nicotine provoque le cancer du poumon chez la souris

Étant donné que l’industrie du vapotage est en grande partie non réglementée, on trouve des centaines de produits chimiques différents contenus dans les liquides à vapoter du marché. Cela représente donc une difficulté supplémentaire lorsqu’il s’agit de s’informer sur les différents dangers de chaque liquide.

Les CDC sont strictes : ils recommandent de cesser le vapotage tant que l’enquête est en cours

Les CDC recommandent aux consommateurs, tant que l’enquête se poursuit, de ne pas vapoter du tout, ou du moins s’abstenir de fumer des e-liquides contenant du THC, en particulier provenant de sources non fiables “comme des amis ou de la famille, de revendeurs en ligne ou d’un quelconque marché illicite”.

« Jusqu’à ce que la relation entre l’acétate de vitamine E et la santé pulmonaire soit mieux caractérisée, il est important que l’acétate de vitamine E ne soit pas ajouté aux produits des cigarettes électroniques ou de vapotage », a déclaré Schuchat. « Il faut faire preuve de prudence avant de substituer d’autres agents de coupe ou additifs à l’acétate de vitamine E ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.